ANNEXE-LEXIQUE

PETIT APERÇU LEXICAL CRITIQUE

Discours et « communication* » : quid du langage et de la production de sens?

Lors de la rédaction de ce travail, dont nous vous remercions d’avoir eu la patience de le lire jusqu’ici, nous n’avons pas ressenti le besoin d’utiliser le terme « niveau », ni celui d’« émergence » notamment.

En effet, la banalisation polysémique de tels termes, superflue, en brouille le sens, l’affaiblit… Il en est d’ailleurs de toute une « novlangue » (langue de bois en jargon journalistique), où nombre de termes affectés d’une multiplicité de sens prolifèrent.

Après avoir traité de deux termes qui nous offusquent constamment : « niveau » et « émergence », accompagnés de quelques mots sur « gérer » et « décliner », nous nous intéresserons au verbiage et à la logomachie** qui envahissent une pensée unique, confondant marketing, politique, architecture et urbanisme, pensée qui parfois s’arrogerait du titre de paradigme…

* Nous avons mis des guillemets car ce terme nous semble le final (provisoire ?) d’une trilogie, évolution sémantique et lexicale, partant de la « réclame », passant par la « pub » essentiels aux commerce. Ce dernier, désormais sous la houlette de la « communication » semble viser une hégémonie politique, sociale et économique, sinon culturelle, dans un univers de « gouvernance » et de « management public ».

** Notamment dans les domaines du politique et du commerce, accompagnés  de ceux de l’urbanisme et de l’architecture, domaines complices des deux premiers cités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *