MARSEILLE VILLE

Formation d’un territoire et figure de Ville

Marseille, ville resserrée en son cœur, bien que magnifiée par sa transformation Haussmannienne, et la prolongation de l’axe Nord-Sud vers le Sud, garde longtemps un caractère de ville moyenne (pour ne pas dire petite…). Ville entourée de « campagnes* », dans un vaste territoire, diversifié, elle est entourée d’une constellation de « noyaux villageois* », mais qui ne sont que des paroisses (un instituteur, un curé, peut-être un notaire, mais pas de maire…), et de bastides.

Son littoral orienté à l’Ouest, vertébrée par cet axe Nord-Sud Marseille est enserrée dans un cirque qui ne dispose de débouché que vers la vallée de l’Huveaune. Au Nord l’espace est accidenté et  morcelé, composite, au Sud un espace plat restreint jadis agricole, vite limité par les collines.

Le tout est maintenant englobé sinon perdu dans une « urbanisation* » contemporaine sans figure, dont chacun connaît la disgrâce et la déshérence. Néanmoins, des îlots protégés, dont certains surveillés (sur la Corniche, dans les quartiers Sud notamment), composent l’habitat des couches sociales dites supérieures*.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *