Territoire, ville et industrie

Le « paysage* » du territoire marseillais est caractérisé par la trilogie Port – Ville – Campagne, « campagnes* » constellées de « noyaux villageois* » et de bastides (habitat de villégiature, accompagné de terrains agricoles pour cultures vivrières).

Marseille au Vieux Port lac intérieur exigu, augmenta sa capacité au Nord (Projet approuvé par la Municipalité en 1858), mais cette extension ne disposait que d’un maigre hinterland. Un arrière-port barré par des reliefs proches ne permit donc un développement industrialo-portuaire que limité.

Les implantations industrielles se firent donc en retrait, pour beaucoup fonction du réseau ferroviaire de la récente gare (1848) de Marseille (Bld National et Belle de Mai), liée à la Gare du Prado (en cul de sac desservant Menpenti, le Rouest, la Capelette). La Gare centrale desservait aussi les Ports Nord et son arrière industriel via les gares d’Arenc et du Canet (raccordées à une ligne littorale côtière).

Le Bld Michelet fut lui aussi un lieu d’implantation de bâtiments industriels, d’industrie de seconde transformation notamment, ces dernières ne nécessitant pas une desserte ferroviaire directe. Il en était ainsi, notamment, de l’usine Turcat-Méry dont les automobiles pour expédition lointaine pouvaient gagner seules la Gare du Prado.

La vue suivante représente le Bld Michelet dans une situation postérieure à la finition du Stade Vélodrome (1937). On y voit en bas à gauche des constructions industrielles qui disparaîtront, comme celles d’en haut à droite peu au-dessus du stade sur la photo, fonction de la présence de la Gare du Prado (ligne oblique en haut à gauche, à partir du sigle « JAC »).

De même que le territoire marseillais est parsemée de « noyaux villageois* » et de Bastides, une certaine dispersion affecte les implantations industrielles, de différentes échelles, pour diverses raisons (proximité de « noyaux villageois* », accessibilité… MIO).

Cependant, la vallée de l’Huveaune joue un rôle particulier, de par sa capacité d’accueil d’établissements nécessitant de grands espaces, et surtout par son offre d’eau (Cf. MIO).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *